Séminaire itinérant du Centre d'Alembert


  Le Centre d'Alembert vous présente ses meilleurs vœux pour 2020 !

 
"Qu'est-ce qu'un fait établi ? Comment se trompe-t-on ?"
 
Séance 2 : Éthique et intégrité scientifique dans le domaine biomédical :
normes, fiabilité, confiance
Mardi 28 janvier 2020 de 14h à 16h
Campus d’Orsay - Bâtiment 430 - rue du Doyen Georges Poitou
Salle Lederer – RdC
Entrée libre

 


 
Intervenants :
Annick Jacq,
microbiologiste, chercheuse au CNRS, Institut de Biologie Intégrative de la Cellule, Université Paris-Saclay
 
Éthique et intégrité scientifique dans la recherche : la solution est-elle dans les normes ?
Résumé : Dans les domaines des sciences de la vie et médicales, la fiabilité des résultats obtenus s’est vue largement remise en cause depuis une dizaine d’années. De plus, quelques cas de fraudes très médiatisés n’ont pu que renforcer la méfiance vis à vis de la communauté scientifique et de la validité des résultats produits. Pour tenter de remédier à cette situation, une importante activité normative a été mise en place, visant à expliciter les différentes formes de méconduites scientifiques et à définir des normes de bonne pratique. L’établissement de telles normes suffit-il à garantir une science fiable et éthiquement responsable ? Au delà de la responsabilité individuelle du chercheur, quel rôle joue le contexte institutionnel de l’activité scientifique? C’est en interrogeant les pratiques des scientifiques eux-mêmes, dans le concret de la vie de laboratoire, que nous tâcherons de répondre à ces questions.


Léo Coutellec,
Maître de Conférences en épistémologie et éthique des sciences contemporaines, Responsable de l'équipe « Recherches en éthique et épistémologie » (R2E), Université Paris-Saclay, INSERM, CESP U1018 ; Membre du Conseil pour l'éthique de la recherche et l'intégrité scientifique (POLETHIS) et de l'Espace de réflexion éthique Ile-de-France
Épistémologie de la fiabilité ou comment penser une conception exigeante de la confiance en science
Résumé : Les logiques d’application et d’explication sont devenues peu adaptées pour réfléchir à la façon dont la recherche biomédicale rencontre des enjeux éthiques. Piégées dans une conception univoque de la science – une science essentiellement logo-théorique et neutre qui concentre les enjeux éthiques sur ses usages ou ses médiations – ces deux logiques freinent la possibilité de penser une logique des rapports entre science et société plus fondamentale et exigeante, la logique d’implication. C’est de celle-ci que nous partons pour investir le champ de l’épistémologie de la fiabilité. A raison, l’éthique et l’intégrité scientifique de la recherche biomédicale ont mis au centre de leur démarche la préoccupation transversale de la confiance. Mais nous voulons démontrer que cette préoccupation est ambigüe, et qu’elle dépend en partie de la logique que l’on adopte pour penser les enjeux éthiques et sociaux liés au développement des sciences. Dans cet exposé, nous partagerons une conception exigeante de la confiance, une confiance sous contrainte de fiabilité, et nous formulerons l’hypothèse que la fiabilité en science se gagne par un double enrichissement (épistémique et éthique) via une exigence de robustesse et une exigence de pertinence. L’équation de cette mise à l’épreuve peut ainsi se formuler : pas de confiance sans fiabilité (no trust without trustworthiness), pas de fiabilité sans robustesse (no trustworthiness without robustness), pas de robustesse sans pertinence (no robustness without relevance). Nous illustrerons notre propos dans le champ de la recherche biomédicale sur la maladie d’Alzheimer.


________________________________________

Retrouvez-nous sur notre site internet :
http://www.centre-dalembert.u-psud.fr/